Une Académie franco-allemande pour l’Industrie du Futur

Industrie du Futur

L’Industrie du Futur est un concept qui renvoie au développement d’une filière industrielle du digital, de la robotique et de l’Intelligence Artificielle. Ce nouveau marché implique des investissements élevés mais ouvre des perspectives inégalées. Ce sont l’ensemble des professions et des corps de métiers qui peuvent être transformés par
la révolution numérique et digitale.

La définition de l’industrie du Futur

Est entendu comme entrant dans le champ de l’industrie du futur l’ensemble des innovations numériques telles que les objets connectés, les logiciels ERP (Enterprise Ressource Planning), la gestion des données (appelées également « data »), les systèmes intelligents, la maintenance prédictive ou encore l’automatisation de missions complexes.
Les solutions issues de l’Industrie du Futur se retrouvent également dans ce qui est nommé « Industrie 4.0. ». Ce mouvement technologique repose sur l’analyse massive de données et des informations pour produire, de manière instantanée, des actions complexes et techniques.
Dans ce contexte de fort développement, la France et l’Allemagne ont noué un partenariat européen et stratégique pour mutualiser leurs efforts de recherche et d’investissement. Cela se traduit par la création de l’Académie de l’Industrie du Futur. Cette Académie doit permettre d’accueillir les cadres, les ingénieurs et les chercheurs qui travailleront au développement de solutions dans l’Industrie 4.0.

Les enjeux français de l’Industrie du Futur

La France reste un pays disposant d’une industrie forte comptant plus de 3 millions de salariés et participant à hauteur de 263 milliards d’euros au Produit Intérieur Brut (PIB).
Mais lors des années précédentes, la France n’a pas réalisé les investissements nécessaires pour accompagner la transition vers l’Industrie 4.0. et connaît donc, de fait, un retard sur ses voisins. Néanmoins, depuis 2013, différentes politiques gouvernementales ont été mises en place pour tenter de rattraper le retard accumulé et faire de la France une puissance digitale.
En effet, l’année 2015 a vu la France accorder des fonds aux entreprises pour qu’elles se développent. Une enveloppe de 2,5 milliard d’euros de réduction d’impôts et de cotisations ainsi que des prêts pour 2,1 milliards d’euros ont été décidés. Ces montants ont été complétés par un fond d’1 milliard d’euros en 2016 géré par la Banque Publique d’Investissement (BPI)1.
Pour marquer le retour de la France dans la course de l’Industrie 4.0., la campagne « Créative France2 » a été lancée fin 2015 ainsi que le label « French Tech3 ». « Creative France » comme « French Tech » ont pour but de promouvoir les réalisations des entreprises françaises et les aider à conquérir des parts de marché, au niveau national et international.

Les objectifs de l’Académie franco-allemande

L’Académie franco-allemande répond à une logique de coopération européenne en vue de proposer des infrastructures compétitives à l’échelle internationale. Le projet d’Académie franco-allemande est né en octobre 2015 lors d’une conférence qui a réuni des responsables gouvernementaux des deux pays.
Cette Académie s’appuie sur deux écoles disposant d’une excellente réputation et d’un savoir-faire reconnu internationalement : l’Institut Mines-Télécom du côté français et l’Université Technique de Munich côté allemand4. Cette Académie peut, à terme, s’ouvrir aux autres pays européens qui le souhaitent afin d’approfondir les partenariats. L’Académie franco-allemande repose sur la volonté de créer un « marché unique du numérique en Europe5 » que cela a été fait pour l’acier, le charbon et la monnaie.
Par ailleurs, l’Industrie 4.0. représente un enjeu sensible et particulièrement stratégique pour chaque État. Les thématiques du piratage, des attaques informatiques, de la cyber-criminalité comme du cyber-terrorisme montrent la vulnérabilité des gouvernements face à ces menaces. Dans ce contexte, chaque État souhaite disposer de sa propre technologie de protection et d’ingénieurs suffisamment bien formés. L’Europe ne souhaite pas bénéficier des solutions américaines et chinoises pour protéger ses données et ses équipements.

Les missions de l’Académie de l’Industrie du Futur

Cette Académie dispose d’une mission première centrée sur les volets économiques et sociaux. Il s’agit, grâce à la transition digitale, de permettre la création d’emploi tout en améliorant la valeur ajoutée des entreprises. Cette création d’emplois qualifiés représente un enjeu fondamental pour les économies nationales.
La formation tient également un rôle important puisque la digitalisation de l’économie va affecter, pour le meilleur et le pire, la grande majorité des professions. Les professionnels vont devoir apprendre un nouveau métier ou de nouveaux logiciels au cours de leur carrière. Ce volet formation a pour objectif de favoriser la mobilité des salariés et éviter que ces derniers se retrouvent dans l’impasse.
Par ailleurs, l’apprentissage des outils numériques doit permettre d’ouvrir les professionnels à la polyvalence. Disposant de davantage de moyens, ils pourront assurer des missions qu’ils n’avaient pas le temps de réaliser auparavant. L’Académie aide les entreprises à mieux s’adapter à la transition digitale en rendant leur personnel plus agile.
Enfin, l’Académie souhaite devenir un support aux entreprises afin de leur permettre d’avoir accès à des équipements favorisant l’innovation. Cela ouvre des perspectives aux entreprises pour mettre de nouveaux produits sur le marché.

Conclusion

L’Académie franco-allemande, dédiée à l’Industrie du Futur, répond à des objectifs diplomatiques autant qu’économiques. Il ne s’agit pas uniquement d’améliorer l’adaptabilité des entreprises européennes mais également de favoriser une coopération européenne voire internationale. Dans ce contexte, l’adaptation des professionnels à la révolution de l’Industrie 4.0. devient fondamentale.

les sources de l’article :

1- https://www.gouvernement.fr/action/la-nouvelle-france-industrielle
2- https://www.economie.gouv.fr/creative-france-campagne-innovation
3- http://www.lafrenchtech.com/
4- https://www.economie.gouv.fr/cge/academie-franco-allemande-pour-lindustrie-futur
5- https://www.economie.gouv.fr/conference-numerique-franco-allemande-transformation-numerique-economie